SARLAT : Objectifs 2018

Les 26, 27 et 28 février 2018 à Sarlat le 97éme congrès de la Fédération Nationale des Marchés de France.

Fédération Nationale des Marchés de France

97éme congrès, Sarlat la Caneda

Objectifs 2018

Les congressistes réunis à Sarlat les 26, 27 et 28 février 2018 dénoncent le mépris des représentants du Gouvernement à l’égard de leurs activités, affiché par leur absence et en totale contradiction avec certaines dispositions envisagées dans le cadre de la redynamisation des cœurs de ville.

Ils exigent d’être reçus par le premier ministre le plus rapidement possible.

A l’issue des travaux des ateliers, les congressistes affirment :

Les marchés doivent rester en « cœur de ville » dans leur périmètre historique.

Ils exigent que :

              L’état fasse respecter la loi, endigue le travail illégal et neutralise la concurrence déloyale sur l’ensemble du territoire, sur le domaine public comme sur le domaine privé car ils constatent une recrudescence de ventes sauvages, ventes aux déballages, étalages au bord des routes proposant des productions étrangères à bas coût, et une explosion des vides greniers.

              Excédés par les dysfonctionnements dans l’application de l’article L2224-18 du CGCT, ils demandent son respect le plus strict.

              Ils déplorent une incompatibilité entre la loi Pinel et l’ordonnance du 19 avril 2017. Les foires et marchés doivent être nommément inscrits dans les exceptions par une circulaire ministérielle de la même manière qu’il a été procédé pour les industriels forains.

              Dans le cadre de l’intégration au régime général, ils réclament le maintien des acquis sociaux ainsi que la participation de leurs représentants aux commissions d’actions sanitaires et sociales. (Capital décès pour les retraités, aides, etc.)

              Ils refusent toutes nouvelles dispositions et charges qui réduiraient encore leurs marges bénéficiaires.

              Ils demandent le développement de la professionnalisation des acteurs des marchés de plein air et dans le cadre de la représentativité, la création d’un organisme de formation dédié aux salariés de leurs entreprises.