LE RETOUR EN GRÂCE DU CIRCUIT COURT

6 juin 2018

Besançon La presse

LE RETOUR EN GRÂCE DU CIRCUIT COURT

mercredi 6 juin 2018

Besançon repense ses marchés.
Avec l’ouverture du nouveau marché de plein air de Rivotte en avril, la Ville a marqué
une première étape dans la refonte de sa vision du commerce de proximité.

« On ne voit souvent les perspectives commerciales que sous un angle (commerces sédentaires, stationnement…), alors que c’est vraiment une approche à plusieurs échelles”, estime Guerric Chalnot, conseiller municipal délégué au
commerce de proximité. Les marchés non sédentaires ne sont pas suffisamment exploités à son sens, comme moteur d’attractivité. “Certes, ils fonctionnent bien mais ils pourraient fonctionner encore mieux !”
À Planoise, Saint-Ferjeux, Battant, au centre-ville… Treize marchés, au total, sont proposés dans la ville, une à deux
fois par semaine. Rivotte est le quatorzième. Petit dernier et premier du genre, né de l’aspiration des commerçants du quartier. “Nous avons réalisé une étude pour voir s’il y avait une légitimité à en implanter un ici et on voit aujourd’hui que cela dépasse les espérances. Les riverains sont enchantés.
Les commerçants sédentaires, qui ont été associés en amont, y prennent part aussi”, souligne Guerric Chalnot, qui insiste sur la nécessité de ne pas opposer les deux mondes. La municipalité a voulu développer autour du marché de Rivotte “un vrai concept.” Des points d’ancrage ont été installés en délégation avec la société Vitabri “pour garantir une homogénéité et rendre le marché plus agréable visuellement.” Les toiles ainsi disposées permettent, en outre, “de se protéger des intempéries et pourront s’habiller différemment au fil des saisons”, précise le conseiller municipal. Mais le grand intérêt réside surtout dans l’offre de stands clés en main pour les commerçants, “qui n’ont plus qu’à faire leur déballage.” Pour que les petits producteurs locaux puissent suivre, la Ville réfléchit aussi au partage de stands et à la mutualisation de vendeurs via un portage salarial. Une signalétique et une charte graphique identique accompagnent également la démarche municipale, qui prévoit d’être déployée sur les autres marchés de la ville. À commencer par celui de la place de la Révolution dans les deux ans à venir.
“Une vraie réflexion a été menée en lien avec le syndicat des foires et marchés de France et autour des évolutions sociétales comme la perte de mobilité liée au vieillissement.” La Ville souhaiterait aussi à moyen terme intervenir sur les horaires, en proposant des after-works pour les actifs. Réinvestir dans ses marchés de plein air pourrait bien s’avérer être une opération payante et à moindre coût, pour concurrencer les centres commerciaux et faire revenir les clients en centre-ville.

logo la presse bisontine

 

 

n
S.G.
Besançon Guerric ChalnotLes petits producteurs qui
ne peuvent louer un stand
hebdomadaire (problème
de coût et de disponibilité)
pourront se voir proposer
Gun portage salarial.

 

 

 

 

 

 

Guerric Chalnot

 

Besançon Palente