COMMUNIQUE DE PRESSE sur les nouvelles dispositions à venir sur les ouvertures dominicales

12 août 2019

COMMUNIQUE DE PRESSE sur les nouvelles dispositions à venir sur les ouvertures dominicales

lundi 12 août 2019

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
Paris,Mardi 30 juillet

La fédération nationale des marchés de France, organisation de défense
professionnelle adhérente à la confédération des petites et moyennes
entreprises (CPME), à la confédération des commerçants de France (CDF)
s’oppose avec véhémence à toutes nouvelles dispositions à venir sur les
ouvertures dominicales à savoir que:
– Les commerces alimentaires pourraient être autorisés à ouvrir au-delà de 13h
avec un accord simplifié
– La réglementation relative aux zones touristiques internationales puisse être
appliquée aux autres « zones ».
Face au contact global et général que la grande distribution vide les centres
villes, qu’elle saccage les paysages, qu’elle ne songe qu’au profit, qu’elle submerge
les consommateurs de produits délocalisés, Les entreprises des marchés de
France déplorent qu’elle obtienne grâce à toutes ses requêtes car en plus du
développement exponentiel des mètres carrés, elle s’autorise la libéralisation à
outrance des ouvertures dominicales !! Ces lieux de consommation, en zones
périphériques, ont entraîné les consommateurs dans une perte totale de repaires
et généré des méfaits identifiés avec certitude sur la santé et l’environnement
de tout à chacun.
A contrario, le marché, grâce à ses bienfaits, redevient un véritable enjeu
sociétal et un service indispensable à la population :
*Il participe à l’attractivité économique des centres villes et centres bourgs
* Il encourage le développement durable en limitant l’empreinte carbone
(circuits courts de distribution, accès au marché le plus souvent à pieds …)
* il fournit un approvisionnement en produits frais et sublime leur saisonnalité
* il rassure et propose une offre meilleure marché que la GMS
* il offre une consommation à la carte.

De plus, le marché contribue à la santé commerciale, sociale et politique des
villes et des communes, car n’oublions pas l’impact positif directement ressenti
sur l’activité économique du commerce sédentaire.
On peut affirmer que les marchés sont un outil de développement économique,
donc un lien solide pour développer de nouvelles initiatives dans le cadre de nos
partenariats et partager ainsi les valeurs humaines et morales que nous
véhiculons ensemble.
Mesdames, Messieurs les élus, alors que l’on a de cesse de réduire les plages
horaires et les périmètres des activités ambulantes sur les marchés
hebdomadaires, il est indispensable de bloquer les développements et les
ouvertures de la GMS en périphérie comme en centre-ville si cela devait
attenter au rééquilibrage du centre-ville dans toutes les villes retenues dans le
plan « action cœur de villes »
Et de refuser impérativement les ouvertures dominicales des grandes
enseignes alimentaires au-delà de 13 heures !
Car c’est à vous Mesdames Messieurs les élus qu’incombe la responsabilité de la
disparition ou de la survie du commerce indépendant et des marchés de
FRANCE!!
Monique RUBIN
Présidente