Communiqué de presse : COLÈRE DES PROFESSIONNELS DES MARCHES

16 mai 2020

Communiqué de presse : COLÈRE DES PROFESSIONNELS DES MARCHES

samedi 16 mai 2020

Communiqué de presse

Le 15 mai 2020

OBJET : COLÈRE DES PROFESSIONNELS DES MARCHES

Désormais, la règle est l’ouverture des marchés. Tous les marchés, alimentaires, manufacturés et mixtes, sont par principe autorisés à ouvrir dans le respect des règles énoncées à l’article 1er et à l’annexe 1 du décret 2020-548 du 12 mai 2020

Précisément, tous les professionnels, qu’ils soient alimentaires ou  non alimentaires, doivent être accueillis sur les marchés. Une discrimination liée, par exemple, à la typologie de produit, au caractère « local », serait de nouveau illégale comme prévu dans le droit commun et inscrit dans la circulaire 77-705 du ministère de l’Intérieur

Or, à ce jour, suite aux décisions de certains maires et préfets, beaucoup de nos professionnels, suite à des applications de critères totalement aléatoires, sont exclus des marchés sur lesquels ils exercent habituellement!

La seule alternative pour nos collègues est de déposer le bilan pour ne plus générer de charges et de dettes  supplémentaires, tout comme de licencier au 1 juin, tous leurs salariés qui ne pourront plus accéder au chômage partiel.

Nous sommes interpellés partout sur le territoire par les professionnels en colère qui s’organisent, manifestent, s’installent sans autorisation, envisagent le blocage des supermarchés, des élections municipales voire des préfectures…

Ces mouvements de colère justifiés, de plus en plus nombreux sans aucun contrôle se durcissent et s’intensifient, catalysant au fur et à mesure tous les mécontentements. Seule la reprise du travail immédiate sur leurs emplacements et dans toutes les villes peut ramener un peu de sérénité.

Il ne s’agit plus de sauvegarde économique de leurs entreprises, il s’agit de survie.. Ainsi, en leur refusant l’accès aux marchés, ce sont des centaines de familles qui vont se retrouver dans une précarité irréversible !

Nous demandons une intervention immédiate des pouvoirs publics