news

SUIVEZ L’actualité
des marchés DE FRANCE

Voir toute l'actualité

Cadre de vie, proximité, tourisme… dans quelle mesure les marchés alimentaires profitent à leur commune ?

.

IMPACT – Qu’ils aient lieu une ou plusieurs fois par semaine, les marchés font partie de la vie des communes. Mais à quel point leur sont-ils bénéfiques ? Pour la présidente de la Fédération nationale des marchés de France, les retombées se mesurent aussi bien sur le plan économique, que social et culturel. Détails.

Le marché, source de bienfaits ? Si les chalands viennent y chercher la variété, la fraîcheur ou l’originalité, les municipalités, en tirent elles aussi des avantages. Moins facilement palpables, ils n’en sont pas moins importants et se mesurent tant sur le plan économique que social ou culturel. Quels sont les atouts d’un marché pour sa commune ? Comment les élus valorisent ce potentiel ? Monique Rubin, présidente de la Fédération nationale des marchés de France (F.N.S.C.M.F), nous livre son éclairage.

Journaliste : Quels sont les atouts d’un marché pour sa commune ?

Rennes 2016 Présence de la Fédération Nationale des Marchés de FranceMonique Rubin : Au sein de la Fédération nationale des marchés de France (F.N.S.C.M.F.), on est convaincu que le marché en centre-ville est une chance pour la municipalité : c’est le symbole d’un cadre de vie qualitatif, un pôle pour le tourisme. A titre d’exemple, quand les vacanciers arrivent dans les communes de province, bien souvent, la première chose qu’ils demandent concerne le marché : quand a-t-il lieu, où ? En plus d’être des vecteurs d’impulsion et de développement économique des territoires, les marchés sont une réelle opportunité de « retour à la centralité » dans un contexte où l’on essaye de développer au maximum la proximité. Enfin, c’est un instrument très important de la cohésion et de la mixité sociale. Si l’on prend le cas du marché de Saint-Denis, près de cent ethnies différentes cohabitent. Il faut savoir qu’en France, plus de 6.000 communes accueillent au moins un marché par semaine, certaines beaucoup plus comme Tours (37) ou Paris (près de 90). A titre d’illustration, chaque jour, ça équivaut à 1.000 kilomètres de déballages. Pour rappel, 17% de la production de fruits et légumes de l’Hexagone est vendue sur les marchés. On peut dire que les marchés sont la troisième forme de distribution commerciale dans le pays, après la grande distribution et le e-commerce.

Journaliste : On en déduit qu’une commune qui se sépare de son marché a beaucoup à perdre ?

Monique Rubin : C’est certain. Le commerce ambulant, c’est la proximité dans toute sa splendeur. Donc perdre un marché en zone rurale, c’est enlever aux consommateurs, et notamment à la petite mamie qui vient faire ses courses toutes les semaines, ce qu’il leur reste de vie et de dynamisme. Et par extension, faire perdre à la commune son âme de cœur de ville. Or, l’être humain est ainsi fait qu’il a besoin de ces échanges, de ce contact, de ce relationnel. Sans oublier le fait, que le marché permet, outre les interactions humaines, les interactions avec le commerce sédentaire, à savoir les petits commerces qui se trouvent à proximité immédiate de la place du marché. Aujourd’hui, on peut dire que le commerce non-sédentaire sert le commerce sédentaire. En outre, il y a un paramètre culturel et patrimonial non-négligeable. Dans la Drôme et en Ardèche par exemple, la notoriété de certains marchés et leur apport touristique font vivre les villes. Il en est de même pour le Périgord qui attire les foules pour son patrimoine gastronomique exceptionnel. Soucieuses de préserver cette identité régionale, les communes du département ont constamment développé leurs marchés. Ce qui me fait souvent dire que, de par la culture et l’enrichissement qu’ils apportent, les marchés pourraient d’un certain point de vue être inscrits au patrimoine historique.

Journaliste : Les élus mesurent-ils ce potentiel ?

Monique Rubin : Alors que les marchés ont beaucoup souffert du développement tentaculaire de la grande distribution, de nombreuses communes se sont séparées de leur marché dans le passé. Je dirais qu’elles sont en minorité aujourd’hui. De ce point de vue-là, on peut parler d’une certaine prise de conscience de la part des élus, notamment grâce au plan national « Action cœur de ville ». Je dirais que 70% d’entre eux ont bien appréhendé l’intérêt que peut représenter une activité de cœur de ville et l’opportunité de conserver un marché. D’ailleurs, on assiste à un certain nombre d’évolutions, et d’aménagements en ce sens. Mais dans le même temps, ces derniers doivent veiller à ne pas apporter des modifications dans le cœur de ville qui soient préjudiciables aux marchés. Pour rappel, c’est la place centrale, la place historique du marché, l’emplacement qu’il a toujours occupé.

OPÉRATION VOTRE PLUS BEAU MARCHÉ : À VOUS D’ÉLIRE LE PLUS BEAU MARCHÉ DE FRANCE

.

offres aux cns breuillet.

Tournée Fromage sur marchéspetite annonce

http://www.marchesdefrance.fr/petites-annonces/

.

.

actu des syndicats 3

.

.

.

 

logo communiqué logo syndicats police MV Boli

 

Logo CPME couleurs-1 ex cgpme

 

 

 

 

COMMUNIQUE FEDERATION DES MARCHES DE FRANCE

Paris le, 13 avril 2018.

Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a lancé ce matin la campagne 2018 de l’impôt sur le revenu, première étape du prélèvement à la source (PAS).

Ainsi donc le gouvernement continue à faire la sourde oreille aux mises en garde émanant des représentants des entreprises qui dénoncent, à l’unisson, le fait que l’État entende se décharger sur les entreprises de son rôle de collecteur de l’impôt sur le revenu.

Parler de « mesure de simplification » pourrait être risible. Il est cependant à craindre que les chefs d’entreprise menacés de 15 000 € d’amende et d’un an de prison en cas de fuite du taux de confidentialité, ne rient jaune.

Que le ministre comprenne « les interrogations notamment pour les petites entreprises », est bien. Qu’il apporte une réponse serait mieux encore.

La Fédération des marchés de France, adhérente à la CPME qui reste farouchement opposée au fait de transformer l’entrepreneur en percepteur, continue à réclamer, a minima, une compensation financière et l’abandon de la pénalisation des éventuelles sanctions en cas de dysfonctionnement.

Aussi, et face à l’impossibilité de se faire entendre du gouvernement, la CPME en appui sur son réseau territorial et professionnel, fort de près de 150 000 artisans, commerçants, industriels, prestataires de services ou professionnels libéraux adhérents à travers toute la France, lancera prochainement une vaste action de sensibilisation des parlementaires.

 

Fédération Nationale des Marchés de France, 
14 rue de Bretagne 75003 PARIS 
Tel : 01 48 87 51 45 
Mail : federation@marchesdefrance.fr

.

.

banniere-gabart2 macif voileMACIF_logo nouveau territoire de marque

Revivez les images de l’arrivée du trimaran MACIF

Suite des autres communiqués

.

.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Securite Sociale Independants bandeau2
macif bannière

agenda

Retrouvez tous les
événements près de chez vous

Voir tout L’agenda proposer un événement


Infos
Collectivites

Retrouvez toutes les informations relatives aux services de la fédération des marchés de France pour les collectivités

valider
Logo

.

 


 

 

Chaque mois retrouvez les conseils et infos dans le magazine « Marchés de France ».

.

marches de france 889 700

Marches de France N°889

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

petites annonces

trouvez les meilleures occasions grace à la federation

voir toutes les annonces déposer une annonce